Sexe et dîner mondain : The Rocky Horror Picture Show et la libération psychologique.

A sa sortie en 1975, The Rocky Horror Picture Show n’eut qu’un faible succès. Pourtant, aujourd’hui, il est considéré comme un film culte, symbole des midnight movies et de la transgression. Le scandale ainsi, ne l’a jamais épargné. Perversion, bisexualité, tenues affriolantes et morts lentes et douloureuses, son contenu empile les sujets délicats traités avec largesse et décadence. Pourtant, le caractère subversif de l’oeuvre ne tient pas à son caractère choquant, comme dans un Pink Flamingo, mais à son lien étroit avec notre morale.

Rocky Horror Picture Show Transvestite GIF

Prenant place dans la société américaine des années soixante-dix, l’histoire nous fait suivre un jeune couple, Janet et Brad, rendant visite à un vieil ami. Une roue explosée et une pluie diluvienne plus tard, les voilà dans un étrange manoir, cherchant de l’aide. Cette quête futile est vite effacée par l’apparition (grandiose) du docteur Frank-n-Furter, transgenre exubérant au charisme certain, qui les entraine dans son histoire à lui. Ce personnage est alors a clef de voute du film: il provoque les différentes actions, les lie entre elles, et sa présence chamarrée entraine le spectateur sans laisser de place au doute.

tim curry smiling GIF

Frank-n-Furter est un modèle. Pour ses disciples d’abord, car il incarne un idéal obscur pour eux, mais aussi pour Brad et Janet. En effet, le couple incarne un exemple de naiveté, de virginité, un idéal morale puritain quelque peu douteux en somme. Face à eux, pourtant, c’est le docteur qui parait le plus sur, le plus heureux, le plus coloré, et petit à petit le couple le suit dans sa course folle sans trop de retenue. Cette découverte se fait en musique, le rock justifiant presque le caractère subversif de l’histoire.

its astounding time is fleeting GIF by Rocky Horror Picture Show

La thématique du désir est omniprésent. Le manoir est remplie d’objets de désirs, de tentation, auxquelles les invités cèdent avec joie. Brad et Janet prennent peu à peu leurs marques, sans jamais fuir, fascinés et puis séduits. Ils sont cette société normée qui découvre un sens nouveau, en oubliant la pudeur, la retenue, l’hétéroséxualité. La quête, au finale, est celle de la libération psychologique. Ils abandonnent leur vêtements sans jamais chercher à les retrouver, et ce n’est qu’un premier pas. Dans le manoir, il n’y à pas de hiérarchie des sexes. Les femmes jouissent aussi bien que les hommes, le personnage de Magenta, voyeuse et dominatrice, concrétise bien cette idée. Petit à petit, Brad perd aussi son rôle de prince charmant auprès de Janet. Il ne la protège plus autant, car elle n’a pas besoin de sa protection. Elle apprend à s’assumer, elle et ses désirs, et à s’épanouir.

rocky horror picture show anticipation GIF

The Rocky Horror Picture Show est gorgé de références. Frankestein, bien sur, mais une multitude de références à la pop culture et aux films d’horreur sont évoquées. Il ne s’agit pas que d’allusions, mais plus de contrecarrer des idéaux. Tout ici nous pousse à remettre en question nos codes et notre morale. Les cases de notre société n’ont pas leur place dans le manoir, ou les codes vestimentaires et les gestuelles sont différentes. Les chorégraphies paraissent ainsi innées aux figurants, contrairement aux règles de politesse que nous connaissons si bien.

rocky horror film GIF

Le manoir est presque un Tardis. Labyrinthique et immense, il est un espace hors du temps et du monde qui s’auto-suffit. C’est aussi (spoiler) un vaisseau spatial venu de Transylvania, et qui y retourne dans une scène finale poignante. Au final, toute l’histoire n’est qu’une parenthèse, une pause dans un monde ennuyeux. Que reste-t-il alors ? Les conséquences. Brad et Janet sont pleinement conscients de leur changement. Ils ont même développé une profonde affection pour d’autres personnages, des sentiments sincères, qui reflètent le naturel de la transformation. Lâcher prise ne fait pas d’eux des monstres, bien au contraire. Ils ne sont pas devenus d’horribles personnes, sans foi ni loi, mais des personnes différentes, plus mûres, plus sûres, avec une capacité accrue de discernement. Ils sont libres, car il se sont séparés d’un carcan moral, en se gardant de verser dans l’immoralité.

rocky horror picture show GIF

 

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :