Warhammer et son rapport à la littérature

Warhammer est un jeu de plateau créé dans les années 1980 par Games Workshop. On y fait affronter des armées de figurines peintes au préalable par les joueurs dans un système de tour par tour encadré par un livre de règles à la taille pouvant faire pâlir n’importe quel être humain normalement constitué au le premier coup d’œil. Pensé dès le départ comme un jeu trans-média, il est aujourd’hui décliné sous la forme de jeux-vidéos, de courts métrages en animations, de jeux de rôles et de romans.

Le monde de Warhammer ( la version d’origine sur laquelle nous nous concentrerons) est basé sur une géographie proche de la Terre avec des parties du monde rappelant l’Amérique du sud et surtout l’Europe, espace le plus important de cet univers appelé le Vieux Monde. De cela découle des références à l’histoire médiévale européenne et à ses mythes : des trolls, des ogres, des vampires, et une multiplicité d’autres créatures tirées des contes européens. Cet imaginaire médiéval est rejoint par un socle de références à l’héroïc-fantasy, combinant ces deux viviers littéraires pour nous offrir un monde cohérent et visuellement fort faisant appel à notre culture personnelle pour qu’il nous suffise d’entendre un nom pour les voir apparaître dans nos pensées. Ainsi, les races des elfes, des orques et des gobelins sont basées sur celles de l’œuvre de Tolkien, Le seigneur des anneaux, et les skavens, un peuple d’homme-rat à la perfidie sans limite, viennent de Fritz Leiber et son Cycle des épées. Notons que nous nous concentrons ici sur les références littéraires, mais qu’une des inspirations les plus fortes de cet univers est le jeu de rôle Donjons et Dragons, lui-même inspiré par des auteurs comme Robert E. Howard ou H.P Lovecraft, qui se retrouvent par ce biais dans Warhammer, par exemple pour ce qui est des divinités et du système de magie chez certaines factions. Ainsi, vous pourrez émerger de sous-sols grouillants d’abominations lovecraftiennes, puis faire une balade dans les mystérieuses forêts de la Lórien et déboucher enfin sur les steppes du plus célèbre des barbares, tout cela au sein d’un seul univers.

ultra warhammer GIF
Purification dans 40k, ça rigole zéro

En dehors de toutes les références citées plus haut, l’œuvre littéraire qui a le plus influencé Warhammer est sans nul doute le travail de Michael Moorcock et son Cyle d’Elric, sur lequel a été repris la notion de Chaos, une force anarchique corrompant tout ce qu’elle touche, et qui fait office de principal antagoniste sur lequel la plupart des rapports de forces, des tensions dramatiques et des trames de l’histoire de Warhammer se reposent. De même que l’Empire, royaume placé comme justicier du monde, est tiré de La Loi de Moorcock, une force symbolisant l’ordre, l’immobilisme et la conformité. Cette dualité sera reprise dans la version futuriste de Warhammer, Warhammer 40 000 (souvent dit “40k”), à l’échelle de l’univers, la force du Chaos dévorant des systèmes solaires entiers et l’humanité luttant sous la coupe de l’Empereur.

Nous avons donc un monde empreint de littérature par le biais des contes et des mythes européens mais aussi par l’héroïc-fantasy moderne, et pour transmettre toutes ces informations le groupe Games-Workshop poussera à accompagner son jeu de plateau et ses figurines par de multiples livres : des « livres d’armées » pour chacune des races qui donnent des informations sur la façon de jouer mais surtout créent une histoire autour des peuples et leurs héros, un magazine, White Dwarf qui mêle l’actualité du jeu de figurines et des nouvelles tirées de l’univers,puis de véritables romans. Il en sera de même avec Warhammer 40 000. Mais dans les romans calqués sur ces univers, distribués sous la collection nommée la « Black Library », la qualité n’est pas tout le temps au rendez-vous, étant écrits par divers auteurs à la qualité par forcément homogène (loin de là).

Petite précision importante : depuis peu, l’univers de Warhammer originel à évolué, et l’on distingue maintenant trois catégories dans la Black Library qui peuvent vous perdre si vous commencez dans cet univers (vraiment, c’est un joyeux bordel pour les néophytes).

  • Warhammer Chronicles : collection de romans sur la version originel de Warhammer Battles.
  • Warhammer Age of Sigmar : similaire à la précédente, c’est l’évolution de ce monde, tout en restant dans la fantasy.
  • Warhammer 40 000 : la version futuriste de Warhammer.

Refermons ce point et revenons aux auteurs avec quelques conseils de lecture.

La série “The Horus Heresy”, du très bon 40k

Dan Abnett, le plus célèbre d’entre eux, est un auteur au style tranchant, capable de pointer sa plume sur quelques héros dans ce monde aux dimensions titanesques et de créer une histoire à la fois cohérente avec l’univers mais tout simplement de bonne facture, qui resterait une histoire intéressante pour un lecteur ne connaissant pas Warhammer. Son nom est un gage de qualité, n’hésitez pas si l’univers de 40k vous botte.

Pour les fans de fantasy, l’auteur William King et sa série “Gotrek et Felix” est une très bonne entrée en matière, de plus vous avez un bon nombre de romans devant vous pour apprécier au mieux le duo le plus célèbre de Warhammer Chronicles.

Enfin, si vous voulez faire un tour du côté d’Age of Sigmar, le monde étant assez récent, c’est un peu encore le bazar et pour l’instant je ne peux vous conseiller de valeur sûre, mais vous pouvez aller jeter un oeil sur les recueils Realmgate Wars qui donne un bon aperçu en un patchwork d’auteurs plutôt qualitatifs.

Néanmoins, nous pouvons aussi trouver des auteurs qui écrivent des histoires plus proches de « fan-fiction » de mauvais goûts ou de simples approfondissements factuels de l’univers sans être capables de donner au lecteur une narration captivante. Avec des prix parfois exorbitants (17 euros pour un livret d’une heure de lecture avec Primarchs par exemple), la méfiance est de mise, faites vous conseiller, le mieux étant d’aller en boutique spécialisée jeux de rôle et figurines, qui ont souvent une partie librairie et disposent de vendeurs réellement passionnés par ces mondes.

Ces écritures disparates n’empêcheront pas l’explosion de ventes partout en Europe de cette collection, qui pour une partie du public supplantera totalement le jeu, devenant finalement le média principal : nous avons maintenant non un simple produit dérivé aidant à la compréhension du jeu de figurines mais une véritable fresque littéraire.

Recommended Articles

1 Comment

  1. […] (sur lequel vous pouvez trouver un article écrit par un de nos charmants auteur ici : Warhammer et son rapport à la littérature). Le gameplay quant à lui fut largement inspiré par Dune 2 de Westwood Studios, sorti en 1992. Le […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :