Découverte : Le Donjon de Naheulbeuk, une épopée inter-média.

Pour certains, ce nom évoque peut-être d’excellents souvenirs, pour d’autres en revanche, il n’inspire rien, et c’est la raison de cet article, présenter ce parangon de l’univers fantastique (sisi déconnez pas).

Qu’est-ce que le donjon de Naheulbeuk du coup ?

C’est une sorte d’épopée audio en format mp3 créée en 2001 par John Lang (surnommé “Pen of Chaos”) et ensuite diffusée gratuitement sur internet. Les épisodes sont assez courts, une dizaine de minutes, ça s’écoute partout, en toute occasion, c’était un peu le précurseur du genre, et ça n’a donc eu aucun mal à se répandre jusqu’à devenir très célèbre (mais si, puisqu’on vous le dit !).

Passons maintenant au sujet principal, de quoi ça parle ? Pourquoi ca a un nom pareil ?

« Il est écrit dans les tablettes de Skélos que seul un Gnome des Forêts du Nord unijambiste dansant à la pleine lune au milieu des douze statuettes enroulées dans du jambon ouvrira la porte de Zaral Bak et permettra l’accomplissement de la prophétie. »

Voici la prophétie énoncée au début de l’aventure, histoire de marquer le ton. L’histoire va donc narrer les péripéties d’un groupe d’aventuriers parti retrouver l’une des statues dans le très célèbre donjon de Naheulbeuk afin de la revendre pour se faire de l’argent et s’acheter un meilleur équipement. Nous nous trouvons donc dans un monde fantastique que nous découvrons au fil des épisodes, avec ses noms inventés, ses monstres et toutes ses références parodiques.

De quoi est née cette aventure alors ?

John Lang avait à la base juste envie de s’amuser et ne pensait pas que ça deviendrait si sérieux, lui qui était un grand fan de jeu de rôle, des sketchs de François Perusse et de lectures fantastiques, a décidé de tout mélanger ensemble, et donna ainsi naissance au Donjon de Naheulbeuk.

Ainsi, quiconque se lance dans cette saga audio saura apprécier l’humour très présent, mais aussi son lien très fort avec l’univers du jeu de rôle. Celui-ci en imprègne chaque fibre de l’histoire, les caractéristiques sur les équipements, les “rencontres” avec de nouveaux personnages et surtout la narration, comme lorsque l’équipe d’aventuriers arrivent à un carrefour et qu’il faut choisir une direction à emprunter pour progresser dans le donjon, ou cette fameuse fois où l’on peut observer un personnage se faire brûler vif parce qu’il a tenté de crocheter une serrure et obtenu un “échec critique” (ce qui, dans le jeu de rôle, se solde souvent par une mort douloureuse, ou des conséquences particulièrement injustes, histoire de rajouter du piquant à l’aventure).

Je pourrais m’étaler sur le sujet pendant des pages et des pages, mais se serait ruiner le sacro-saint plaisir de la découverte et de la surprise, je n’en dirai donc que quelques mots. Si un jour vous souhaitez entreprendre un nouveau voyage, êtes dans une mauvaise passe, ou juste envie de sourire, n’hésitez pas, lancez-vous, les audios sont gratuits et ce serait vraiment dommage de s’en priver.

Dernière petite précision, la saga s’est déclinée en BD, puis en livres, qui narrent d’ailleurs la fin de l’histoire, vous n’aurez donc que l’embarras du choix pour commencer.

Sur ce, je vous souhaite un agréable voyage dans ce monde qui n’attend plus que vous, puissiez-vous y trouver autant de plaisir que moi !

Articles recommandés

1 commentaire

  1. […] En attendant, vous pouvez toujours regarder notre article : Donjon de Naheulbeuk, une épopée inter-média […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :