L’horreur interactive avec Blair Witch et Man of Medan

Les vacances sont au beau fixe, il vous reste encore plus d’un mois pour vous faire dorer la pilule et votre estomac déborde de glace à l’italienne : la vie est belle. Aussi, nous vous proposons deux jeux d’horreurs sortant pile le 30 août pour accompagner votre redescente des petits nuages vers la dure réalité du travail ou de l’école. Quoi de mieux que quelques frissons de peur pour éloigner ce doux rêve d’été aussi vite qu’il est arrivé ?

tom savini slasher GIF

Une forêt décorée de petits grigris en bois, une caméra amateur et de la sorcellerie : Le projet Blair Witch, le film événement des années 90, a fait un petit du même nom, sur PC et Xbox One. Confectionné par Bloober team, le studio ayant sorti les Layers of fear, ce jeu vous place deux ans après la disparation de trois étudiants en cinéma, alors qu’un enfant s’évanouit à son tour dans la sombre forêt de Blair. Postulat intéressant puisqu’il nous place non dans une simple adaptation du film mais dans une suite avec un univers qui a donc connaissance des événements cinématographiques. Un « Blair Witch 2 » interactif, en espérant qu’ils aient oublié l’existence du Blair Witch 2 de 2016, qui avait lui-même oublié le Blair Witch 2 de 2000. Un trou de mémoire révélateur de la difficulté à continuer cette œuvre, mais le format vidéoludique semble bien adapté pour transposer le fan-footage via la vue FPS (First Person Shooter), qui correspond à une vue subjective et conserve donc l’immersion du film.

Aucune démo n’est encore présente, mais le studio a déjà annoncé que nous ne serions pas de simples spectateurs devant se cacher de leurs adversaires, mais que nous aurons des mécaniques de combat, tout en restant dans la veine du survival-horror. Cela permet d’éviter ce sentiment de détachement que l’on peut avoir sur certains jeux d’horreur quand votre talent à la manette (ou souris) ne décide en rien de votre vie ou votre mort, impliquant d’autant plus le joueur dans son rôle de proie. Et le trailer laisse présager qu’il ne sera pas de tout repos : lampe clignotante, hallucinations, cabane abandonnée et sorcière monstrueuse, votre chien sera votre seul éclat de réconfort dans ce monde à la temporalité distordue dans des boucles temporelles. Plus qu’à attendre de voir si le jeu respecte ses promesses.

Notre second jeu nous embarque sur un bateau abandonné depuis la seconde guerre mondiale, où une malédiction chinoise semble avoir décimée l’équipage. C’est Man of Medan, le premier épisode de The Dark Pictures, une anthologie d’horreur livrée par le studio Supermassives Games. Sont annoncés huit épisodes au total dans une fresque de la peur sous tous ses états. Ce premier épisode est déjà sorti dans une version de démo réservée à la presse et a donc été testé. Au programme, en digne héritier d’Until Dawn, précédent jeu du studio, un jeu ressemblant plus à une longue narration où le gameplay est très peu présent mais laisse place à une structure scénaristique basée sur vos choix. Et pas juste pour avoir une scène de fin différente. Vous incarnerez divers personnages, chacun pouvant mourir à cause d’une piètre décision de votre part. Et les répercussions pourront parfois ne se faire sentir que plusieurs dizaines de minutes plus tard, si les développeurs ont toujours le même goût pour le sadisme que sur Until Dawn.

Le jeu n’a pas l’air non plus d’une innovation folle et s’il n’était pas ancré dans cette anthologie, il ne serait qu’un bon divertissement à la durée de vie tournant entre à peine cinq ou six heures. Mais un autre point fort vient le soutenir : la coopération. A deux ou à cinq, vous pourrez faire l’aventure en même temps que vos amis et pourtant vivre une histoire radicalement différente. Vous ferez vos actions de votre côté puis rejoindrez par moment votre camarade dans des scènes groupées, et les actions des uns se répercuteront évidemment sur les autres. Le studio conseille de ne pas communiquer en-dehors du jeu pour pimenter la chose, ne pas savoir ce que votre voisin à vu précédemment pouvant être assez excitant : peut-être que lui sait que le personnage à qui vous serrez la main en ce moment n’est pas si innocent, ou que vous ne devriez surtout pas ouvrir cette porte ?

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :