Twilight, le plaisir coupable

Stephenie Meyer a fait naître un vrai phénomène en créant le couple Edward/Bella. De nombreux adolescents se sont plongés dans leur histoire, guettant avec impatience les nouveaux tomes. Certains apaisaient ainsi leurs âmes romantiques, d’autres voulaient simplement suivre la mode, mais en tout cas le public était présent.Twilight Kissing GIF

Ce qui démarque cependant cette oeuvre d’autres grands phénomènes précédents, ce sont les divisions engendrées. Tout le monde semblait avoir un avis sur la question, et souvent cet avis n’était pas extrêmement positif. Beaucoup reprochent alors à l’auteur un style trop simple, peu “professionnel”, et d’avoir réinventé le personnage du vampire trop loin des classiques, presque de façon arbitraire. Une autre critique bien souvent citée est la légèreté de l’intrigue même, l’histoire portant principalement sur le couple et leur idylle.new moon GIF

Adolescent, j’ai eu les deux premiers tomes entre les mains, puisqu’une amie avait alors insisté pour que je les lise. Cette même amie adorait aussi Le Pacte des Marchombres et Les Royaumes du nord, j’étais donc très confiante lorsque j’ai commencé ma lecture. Pourtant, l’amour que je porte à cette saga est tout relatif. Je ne déteste pas Twilight, j’ai même passé de bons moments pendant la lecture. Mais je n’ai pas été happée, et je n’ai même pas cherché à lire les derniers tomes. Il m’a fallu pourtant quelques années pour comprendre pourquoi, et surtout la raison pour laquelle cette saga divisait les foules.

Twilight n’est pas de la fantasy. Pas du tout. Ce n’est pas une saga destinée aux fans d’Harry Potter ou du Seigneur des Anneaux. Twilight est un roman destiné aux ménagères et aux adolescentes visées par la collection Harlequin et plus généralement par les romans sentimentaux. Ces mêmes ouvrages dont ont honte les lecteurs hommes ou intellectuels, car ils sont considérés comme de la littérature populaire, de bas étage. Twilight partage donc le public tout comme bien d’autres histoires d’amour avant lui, mais il récupère au passage un vampire, personnage qui a largement gagné en popularité cette décennie ( et même celle d’avant en fait). Le problème, c’est que le surnaturel est ici retrouvé dans un domaine inattendu, puisqu’il n’est pas mis au service de grande causes ou de grandes histoires, juste d’un amour.

robert pattinson twilight GIF

Twilight se place donc dans un genre mal-vu, puisqu’il jouit d’un lectorat plus populaire et, ô désespoir, plus féminin, mais il est aussi vu comme de la littérature jeunesse, et là c’est le drame. La littérature jeunesse, c’est le grand fourre-tout de l’édition, et elle est souvent dépréciée car “c’est pour les plus jeunes, donc c’est plus simple, moins qualitatif”. Ce qui est en soi déjà une erreur, puisque mettre de piètres œuvres entre les mains d’un enfant ne le rendra probablement pas plus curieux et meilleur lecteur.

Twilight se cache donc derrière une apparence un peu trompeuse, comme si l’oeuvre elle même n’assumait pas. Pourtant, cette histoire d’amour continue aujourd’hui encore à faire lire un public hétéroclite, et un peu anonyme.robert pattinson twilight GIF

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :