Poudlard ou l’éducation magique

Les oeuvres littéraires comporte toujours, sous le couvert de la fiction, des interrogations portant sur notre réel. La série des Harry Potter regorge de nos doutes, nos rêves et nos espoirs, dans ses aventures comme dans son cadre. C’est aujourd’hui Poudlard qui nous intéressera, en tant qu’illustre école de sorciers.

harry potter love GIF

La vie des jeunes sorciers en dehors de l’école n’a au fond que peu d’importance lors de leur apprentissage. Une fois le train arrivé, ils sont tous des apprentis sorciers. Face à l’individualisme de nos sociétés, Poudlard nous propose une alternative rêvée pour la jeunesse : une école où tous les élèves sont égaux. L’uniforme aidant l’idée, les maisons permettent aussi de redistribuer les jeunes têtes, selon des critères nouveaux, et indépendants de la société sévissant hors du château.  Cela permet alors à ceux qui viennent de familles de sorciers de s’intégrer à ce nouveau monde, et aux autres de les recevoir. Les maisons permettent aussi d’appréhender par mimétisme la vie d’adulte, et le rôle de citoyen, en cherchant à questionner l’individualisme.

harry potter film GIF

La répartition permet d’éviter l’uniformisation : les individus ne sont pas tous jugés selon les mêmes critères, mais plutôt appréciés pour leurs qualités, selon les modèles des quatre fondateurs. Toutes les maisons sont pourtant soumises aux mêmes usages et événements de l’école, et vivent ensemble, conjointement. Différents donc, mais cohabitant.harry potter christmas GIF

L’école soumet les élèves à sa propre réglementation, qui est une imitation de la loi. Elle est une première approche, pour les enfants, des concepts de punition et de limite, de légalité et de moralité. Les punitions sont données par des professeurs plus ou moins justes et cohérents, car humains, mais surtout individuellement, permettant d’encadrer efficacement un jeune individu avec une grande lucidité.

harry potter christmas GIF

Dans le tome V, les élèves se soulèvent contre les règles absurde de Dolores Ombrage. Les premiers abusés sont les plus vieux élèves, qui prouvent qu’ils connaissent la justesse des limites sociétales, et savent les dérives d’un totalitarisme. Leur lutte devient rapidement celle de citoyens se battant pour leurs droits. Ils sont ainsi les dignes représentant de l’école qu’ils défendent, des citoyens à l’esprit d’équipe juste et affuté.

Recommended Articles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :