Le Speedrun, où quand le joueur réinvente le jeu

Le speedrun crée un nouveau rapport au jeu. Les enjeux traditionnels de celui-ci sont en effet effacés, et remplacés par ceux du joueur qui se crée lui même un objectif, indépendant du jeu en lui-même. L’exploration est alors celle des bugs, des glitchs, et pourtant, ce n’est pas une attitude péjorative. Le joueur ne va pas à l’encontre du jeu, mais en explore des variations qui étendent son statut d’explorateur. Toute action s’inscrit dans une logique de rapidité plus que de narration, et le chemin devient l’expérience en soi : il doit toujours être plus court et performant, et pour cela il s’agira d’exploiter les possibilités du joueur.

Things Breath GIF

Le speedrun est même un domaine de compétition, saluant et récompensant le talent de ceux qui auront le courage de décortiquer une oeuvre vidéo-ludique. Si compétition il y a, le speedrun est aussi un domaine collectif, que l’on montre et explique en vidéo. Chaque progrès d’un joueur fait progresser tous les speedrunners, et ainsi nombreux sont les forums d’entraide. Ce ne sont donc pas des techniques secrètes et cachées qui font l’exploit, mais l’entrainement mis au point par un savoir collectif. Le spectateur devient donc actif, pour peu qu’il se joigne aux communautés pédagogiques qui fournissent le joueur. Experts et amateurs s’enrichissent donc mutuellement, et le travail des réflexes soutient l’exploration organique de l’oeuvre.

Things Breath GIF

C’est finalement un jeu contre la machine, ne cherchant pas à répondre de façon logique au gameplay, mais à s’immiscer dans les calculs même qui font le jeu.

Yoshis Island GIF

Le plaisir du speedrun permet de créer un rapport étroit entre le joueur et le jeu. Si la plupart des utilisateurs connaissent l’oeuvre en surface, pour sa narration et sa plastique, et l’explorent selon les chemins qui lui sont suggérés, le speedrunner se saisit de la matière même du jeu. Il s’empare du système de jeu et transcende les suggestions et les fausses barrières sur sa route. Il ne s’arrête pas à ce qu’il voit, mais avance sur ce qu’il sait.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :