Les superhéros, ces jolis criminels.

A ma connaissance, les super héros sont rarement le fruit d’un vote, ou d’une quelconque initiative juridique. Non, ce sont des personnalités marginales et superbes, qui se choisissent ou héritent d’une destinée ou d’un fardeau. C’est donc de leur propre initiative qu’ils prennent une place de justicier, et on va pas se mentir, c’est pas légal-légal cette histoire.

Argument de fond

Pourquoi ? Tout simplement parce que faire le travail des représentants de la loi sans leur formation et sans autorisation n’est que très peu conseillé si l’on veut conserver un casier judiciaire vierge. Pourtant les héros puisent leur motivation dans d’autres domaines que la carrière professionnelle. ce sont souvent des élans humanistes, rebelles ou quasi-prophétiques qui soutiennent le costume. La vengeance marche aussi, mais elle a ses limites, propres aux personnages, ces mêmes barrières morales qui les mettront en difficulté face au méchant, pour qui “only sky is the limit”.

jon bernthal marvel GIF by NETFLIX
Quand tu regrettes ce petit excès de vitesse sur la route de Bourgogne.

Mais alors comment ? C’est très simple, les superhéros jouissent de deux atouts majeurs qui manquent au domaine juridique : l’enthousiasme des foules et une matière fictionnelle. Le héros est soutenu par une foule qu’il inspire et souvent défend, on s’identifie à lui, et en gardant une morale proche de celle de ses contemporains, il leur permet de l’excuser, de le défendre, de le comprendre. On comprend alors la tristesse et la rage de Franck Castle, car la famille, c’est sacré, mais aussi celle de Batman, et de tout ceux qui vivent des situations semblables aux nôtres, mais avec plus de panache.

 

batman 1966 GIF by 20th Century Fox Home Entertainment
Une foule enthousiaste et très calme.

Cependant, même dans leurs univers, les superhéros dessinent un paradoxe : ils se posent en figure de la justice, tout en menaçant les fondements même de celle-ci. Une position agréable. Ils n’obéissent pas aux lois du monde qu’il défendent, et ne sont pas l’expression direct d’un vote. Leur légitimité repose alors sur des critères subjectifs, ils sont tolérés, en d’autres termes, car ils suscitent la sympathie, en incarnant un mal nécessaire dans un monde qui part en steak frite sauce hémoglobine.

netflix marvel GIF by Jessica Jones
On peut être méchant et classe.

Le rôle du héros est donc éphémère: c’est dans les situations de crise que l’on se pose le moins de question et que l’on accepte toute aide. Dans un monde où la loi n’est de toute façon pas une barrière au crime, et sert même à couvrir les plus puissants, le héros paraît venir rétablir l’ordre. Plutôt qu’une longue lutte contre l’oppression, il est un électrochoc instantané, qui permet de transmettre la peur du peuple à l’élite au pouvoir. En temps de paix cependant, on peut se demander si le Punisher n’est pas un peu trop impulsif et si une Batmobile sur l’autoroute n’est pas un trop gros risque pour les usagers.

ben barnes marvel GIF by NETFLIX
Une façon originale d’éviter les bouchons.

Mais le rapport du héros avec la justice se voit souvent travaillé lors de l’élévation du personnage, ce qui le différencie du vilain. Celui-ci à un rapport seulement de force avec le pouvoir exécutif, mais le héros, s’il est aussi pourchassé, se trouve des points communs, et se remet en question. Ne soyons pas manichéen, le méchant est souvent assez profond psychologiquement pour s’interroger, mais il est souvent plus égoïste, car il sert ses intérêts seulement, et il se laisse plus facilement aller à la rage, et moins aux remords. Le héros regrette, a des remords, et s’il enfreint la loi, il la reconnait, et se soumet au moins à sa morale. Son but n’est aussi jamais le pouvoir en lui même, car il connait le poids des responsabilités, et a d’autres préoccupations.

ben barnes marvel GIF by NETFLIX
Le retour de Ben Barnes

Batman essaye de ne pas tuer. Daredevil, quant à lui, s’il complète au départ ses lacunes d’avocat par ses activités nocturnes, va vite comprendre que la loi est plus juste que ses missions de héros. La loi est la seule sanction valable, pour le légitimer, mais aussi pour le garder sur le droit chemin. Le rapport du Punisher avec la loi est aussi intéressant : il ne peut se définir lui même en tant qu’homme bien et que justicier, puisqu’il passe la plupart de son temps à bafouer la loi comme si c’était une option au bac (et bravo aux nouveaux bacheliers). Mais il est apprécié, alors il devient cette figure de rebelle que l’on aime tant chérir. Batman aussi jouissait de cette immunité, jusqu’à ce qu’il devienne un méchant pour des sombres questions de morale, et il devient alors l’ennemi de la ville : on peut donc aller contre la loi, mais pas contre le peuple.

C’est donc la sombre histoire d’un peuple et de villes en crise, qui ne réclame qu’un héros pour rétablir l’ordre.

do it netflix GIF by Jessica Jones
Le peuple, ce méchant impatient

Le peuple ne croit pas en ses dirigeants, et donc soutient les superhéros lorsqu’ils vont contre eux, et les dirigeants ne peuvent tout simplement éliminer les héros, car ils ont soit besoin d’eux, soit ils font face à de gros risques de révolution s’ils les éliminent.

fantastic four honorary mutant GIF
Electricité gratuite

C’est la guerre qui permet donc le héros. La paix, elle, n’a pas besoin d’autre justice que la sienne. C’est la liberté du héros, et celle qu’il rend au peuple qui lui donne son immunité, mais si tout le monde est libre, il devient un risque. Le héros pourrait donc être éphémère, si l’on est assez optimiste pour penser qu’un jour il n’y aura plus de guerre.

 

 

 

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :