L’entre-deux-guerres : merci Winnie l’Ourson

L’entre-deux-guerres a vu naître beaucoup de héros. Parmi eux nous pouvons citer Winnie l’Ourson, Captain America, Bilbo, Superman et Batman. Dans cette période où la conscience de la guerre est omniprésente, la littérature et l’esprit créatif s’en ressent. Après la première guerre mondiale, on rejette la guerre. Malheureusement, avant la deuxième guerre mondiale, on l’appréhende.

bees pooh GIF

Dans le cas de littérature jeunesse, l’entre-deux-guerres est une période ambiguë : c’est un moyen précieux de faire passer des idéologies plus humanistes et pacifistes à la jeunesse, mais cette même jeunesse est dans un tourment, l’enfance ayant moins de place dans un monde détruit où les parents sont occupés ou mort.

sad winnie the pooh GIF

L’enfance est perdue, mais le monde adulte aussi. Ecrire pour la jeunesse, c’est redonner vie à un paradis perdu, où l’innocence et la naïveté existent sans être brisées. La littérature jeunesse devient donc un refuge nostalgique pour les adultes, et une projection pour les enfants, qui y vivent pas procuration une enfance fantôme.

winnie the pooh rabbit GIF

La littérature jeunesse donne accès à une libération. Elle contourne l’autorité des adultes, la guerre et la répression, et ouvre une porte sur un monde onirique. Le monomythe est omniprésent dans ces aventures où le voyage permet l’accomplissement.

Dans Winnie l’Ourson, Jean-Christophe grandit grâce à ses aventures avec Winnie. Celui-ci a peu de jugeote, mais un grand cœur, et il apprend aux enfants le pacifisme. Il est le seul humain (à l’exception de Darby, dans les versions les plus récentes), et es autres animaux ne parlent pas. Seuls Winnie et ses amis habitent la forêt des rêves bleus, où tout les confronte doucement à la vie.

Pour les adultes de l’époque, tout comme les adultes à venir qui sont alors encore des enfants, les héros sont aussi la projection de l’angoisse. Là ou l’enfant doit apprendre à avoir confiance en lui, l’adulte de l’entre-deux-guerre revient à cet état d’insécurité totale face à la vie. les héros immortels et chanceux, avec des pouvoirs ou des opportunités, et auxquels une foule de personnes s’identifie, deviennent une parade contre la mort. Ils permettent de se projeter dans un histoire sans fin, et où le jour finit toujours par se lever.

disney awww GIF

La littérature de l’entre-deux-guerres suit à la fois l’enfant et l’adulte. Elle est pionnière, car elle rompt avec le culte de l’enfant roi et naïf que l’on protège, en l’introduisant au monde dans sa grande apocalypse. L’enfant doit grandir, pour survivre. Après la guerre, cette volonté d’accompagner pour protéger perdurera. Et tant mieux, car la vie est un voyage difficile.

Recommended Articles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :