Proxima et Eva Green en française

Aujourd’hui nous parlons d’un projet franco-allemand, un film qui sort dans nos salles ce même jour, Proxima. Dans un futur plutôt rapproché du nôtre, la mission ultime spatiale s’annonce : des astronautes sur Mars. Et parmi le groupe qui s’entraîne pour ce nouveau pas de l’humanité vers la conquête de l’espace, une seule femme, Sarah, jouée par Eva Green. Qui parle donc français, pour notre plus grand plaisir. Centré sur l’homme plutôt que sur la science, l’oeuvre tend vers les mêmes interrogations que Interstellar : Sarah doit quitter pendant une année entière sa fille de huit ans, et la caméra se focalise donc sur ce point de tension, autant sur la peur de l’enfant que sur celle de l’adulte. En trame de fond, la problématique de la femme dans un milieu machiste perçu comme réservé aux hommes (l’on a pu encore s’en apercevoir dans la récente sortie spatiale exclusivement féminines et la communication de la presse sur ce sujet).

Un sujet qui doit toucher la réalisatrice, Alice Winocour, ex-étudiante à la Fémis, au vu de la faible présence de femmes derrière la caméra, ou tout du moins au poste de réalisatrices, et des diverses prises de paroles sur l’inaccessibilité de ce type de position à responsabilité pour une femme. Dans son CV, deux films peu rassurant, les mitigés Maryland  et Augustine, mais largement compensés par son scénario du fabuleux Mustangqui a lui seul laisse présager du bon, ou au moins nous intime à partir sans préjugés négatifs.

Plus proche du drame intime que du film de science-fiction, ce curieux mélange de personnes et de genres aura pour effet de capter un certain intérêt. Cela vaut-il un billet en salle ? Pour nous, oui.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :