Garrosh le mal-aimé (2/2)

(Pour voir la première partie, c’est ici : https://pointsurarcane.fr/2019/11/30/garrosh-le-mal-aime-1-2/ )

Dans l’article précédent nous évoquions le changement psychologique de Garrosh et son accession au pouvoir en tant que chef de guerre de la Horde. Ses valeurs et son état d’esprit l’ont mené à prendre des décisions drastiques en tant que dirigeant, décisions qui semblaient l’emmener toujours plus loin sur un chemin toujours plus sombre.

La destruction de Theramore marque un tournant-clé dans la géopolitique d’Azeroth, autant du côté de l’Alliance que de celui de la Horde. Jaina avait combattu aux côtés de Thrall pour repousser la Légion Ardente, et bien qu’elle appartienne au camp “adverse”, personne n’avait oublié les sacrifices auxquels elle avait consenti pour permettre aux orcs de vivre en Kalimdor. S’en prendre à elle, c’était d’une part balayer tout ce qu’avait construit Thrall, mais également refuser tout retour possible en arrière.

Garrosh en a conscience, et décide malgré tout de continuer sa route, et ses actions seront de plus en plus radicales. Lorsque Vol’Jin, le chef des trolls et ami de Thrall, remet ouvertement en cause sa politique, l’orc organise son assassinat, envoyant un message clair à tous les autres. Je commande, vous me suivez, ou vous mourez.

Ainsi Garrosh multiplie les ennemis, autant dans le camp d’en face qu’au sein de sa propre faction, mais il s’en moque, car il est persuadé d’œuvrer pour un but noble : la victoire de la Horde, et sa pérennité. Mais quelle Horde ? Celle de Thrall était un rassemblement de peuples opprimés, luttant pour leur survie sur une terre hostile, celle de Garrosh est une légion belliqueuse, avide de conflits et qui rêve d’un avenir où la soumission de l’ennemi est totale.

C’est pourquoi lorsque les chefs des différentes races se retirent peu à peu Garrosh ne les retient pas, au contraire : il les laisse s’unir sous une même bannière pour pouvoir tous les écraser d’un coup. Seuls les orcs restent avec lui car il n’a jamais cessé de mettre en avant leurs valeurs, de les représenter comme le monde les avait toujours perçu : des guerriers courageux, à la force redoutable, qui ne reculent jamais devant un combat.

Malgré ses défauts, Garrosh n’en demeure pas moins un combattant émérite et un leader charismatique. Le temps a passé, mais lui n’a pas dévié de sa route, il ne rêve toujours que de la même chose, et la seule chose qui a changé, c’est les moyens qu’il emploie dans ce but. Sa détermination s’est raffermie, s’il ne peut obtenir la victoire de manière honorable, il l’obtiendra tout de même, quoi qu’il arrive, même si pour ça il devait employer des solutions radicales. Comme se servir d’un Dieu Très Ancien pour renforcer et corrompre ses propres troupes par exemple.

Lorsque tous les peuples réunis, Alliance comme Horde, viennent frapper à sa porte pour demander des comptes, il se retranche dans sa forteresse et attend patiemment. Il attend qu’on vienne le trouver pour le confronter, et ainsi pouvoir affronter directement ses détracteurs. Comme toujours pour Garrosh, il n’y a qu’une voie possible, celle de l’affrontement, et qu’un seul vainqueur, le plus fort.

Animated GIF

Finalement, le chef de guerre finira par trouver la mort comme il l’aurait voulu, dans un combat à mort en un contre un face à Thrall. Ce sera également l’occasion pour lui de répondre aux accusations en rappelant que si la situation en est arrivée à ce point, c’est avant tout parce que Thrall lui a confié ses responsabilités, et qu’au final, le véritable coupable, c’est lui. Aussi, lorsque la cinématique se termine sur la mort de Garrosh, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander, et s’il avait raison ?

Le fils de Grommash a commis de nombreuses actions à la moralité très questionnable, mais avait-il pour autant tort ? C’est d’ailleurs ainsi qu’est né le Hashtag #Garroshdidnothingwrong, car l’opinion publique n’est pas unanime sur la question. En tant que dirigeant pris dans une guerre, si vous aviez la possibilité de détruire une base centrale de l’ennemi sur votre territoire, hésiteriez-vous ?

Au fond, tout ce que Garrosh a accompli, ne l’a-t-il pas fait dans le seul et unique but de remporter un conflit pour assurer la survie de la Horde quoi qu’il arrive ?

Est-ce que tout cela n’est pas arrivé parce que Thrall a pris la mauvaise décision en jaugeant le jeune Garrosh ? Est-ce qu’on n’aurait pas pu éviter toutes ces morts en faisant preuve d’un peu plus de discernement ?

En prenant en compte les aspirations de Garrosh, son idéologie et son modèle parental, peut-on réellement le blâmer pour ces actions ? Et finalement, est-ce que l’histoire ne se répète pas à travers les générations ? Grommash, par soif de pouvoir et de combat n’avait-il pas lui aussi poussé les siens sur un chemin abominable ?

Garrosh Hurlenfer est un personnage qui a marqué l’Histoire d’Azeroth, en bien ou en mal, cela dépend de notre perception et de nos valeurs. Il n’est ni tout blanc, ni tout noir, et certainement pas l’unique responsable de tout ce qu’il s’est produit. Son histoire, qui n’est pas sans rappeler “les heures les plus sombres de l’Humanité” comme on surnomme pudiquement cette période, interroge et divise. Elle pousse chacun à remettre en question son mode de pensée, à réévaluer son comportement, et à se poser l’inévitable interrogation :

Qu’aurais-je fait à sa place ?

 

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :