Rick Sanchez et Doctor Who : l’espace infini des émotions humaines

Un génie toujours en fuite, qui voyage de monde en monde avec des compagnons hauts en couleur. Cette description pourrait être le synopsis très concis de Rick et Morty tout comme de Doctor Who. Pourtant, les deux séries donnent à leur protagonistes ainsi qu’à leurs seconds couteaux des psychologies bien différentes.

doctor who GIF

Le Docteur et Rick ne peuvent pas voyager seuls. La compagnie les garde de leurs démons et de la dépression. Pour Rick, Morty est un lien avec l’humanité et l’innocence perdue, et son petit fils lui permet de connaitre l’espoir. Pour le Docteur, ses compagnons sont un moyen de se prémunir de la solitude d’un (presque) immortel, mais ils servent aussi d’assistants, de conseillers et ce sont également eux qui déclenchent un certain nombre d’éléments perturbateurs. Avec Rick et Morty, un public adulte peut aisément s’identifier à la lassitude et au cynisme maladif et désabusé de Rick. Il a le rôle de l’adulte que nous aimerions être en partie, mais aussi de l’adulte potentiel ou réalisé que nous souhaitons éviter. Avec Docteur Who, ce sont les compagnons qui servent de guides, puisqu’ils font le lien entre la réalité et le TARDIS. Nous pouvons découvrir l’aventure par leur yeux, et lorgner cette place faite pour nous.

GIF by Doctor Who

Qu’il s’agisse de Morty, Summer, Clara, Amy ou Rose, aux creux des aventure se placent des remises en questions et réflexions existentielles qui sont l’occasion de découvrir la psychologie des individus.

Dans le cas du Docteur, le personnage semble tout à fait conscient de son excentrique personnalité, qu’il revendique même. Cette folie douce est la raison de sa fuite initiale, et, des années plus tard, il semble affectueusement continuer à valider sa fougue originelle, écartant ainsi les regrets. Ainsi lorsque Amy lui avoue qu’elle le pensait fou, il se garde bien de la contredire :

“Amy Pond, there’s something you’d better understand about me ‘cause it’s important, and one day your life may depend on it: I am definitely a mad man with a box!”
— The Doctor, Season 5, Episode 1.

Au delà de son caractère rebelle et aventureux, le Docteur se définit aussi par un optimisme spontané. Très tôt dans la série, il dévoile sa notion d’équilibre, et ses compagnons sont souvent l’occasion de montrer encore sa confiance inouïe pour une partie de l’humanité.

“The way I see it, every life is a pile of good things and bad things. The good things don’t always soften the bad things, but vice versa, the bad things don’t always spoil the good things and make them unimportant.”
— The Doctor, Season 5, Episode 10

Cette humanité n’est d’ailleurs pas une foule pour lui, mais bien un ensemble d’uniques vies, qu’il prend soin de ne pas déshumaniser. Méchants comme gentils, les personnes sont toutes l’occasion de découvrir un chemin d’expériences uniques, qui ne demande souvent qu’un voyage par delà les étoiles pour comprendre l’immensité d’un moment.

“In 900 years of time and space, I’ve never met anyone who wasn’t important”
— The Doctor, Season 6, Christmas Special

L’optimisme n’est pas un réflexe ici. Il s’agit pour le Docteur d’une démarche volontaire, réfléchie, qui se porte garante des valeurs qu’il souhaite véhiculer. L’optimisme demande des efforts, et se place en chemin de vie.

“I am and always will be the optimist. The hoper of far-flung hopes and the dreamer of improbable dreams.”— The Doctor, Season 6, Episode 6

Le Docteur n’est pas aussi naïf que son apparente jovialité pourrait le laisser penser. Sa gentillesse est aussi une valeur qu’il sauvegarde, par delà le temps et les peines. Les indices de son passé ne mentent cependant pas, il y a eu des obstacles et des déceptions, mais le seigneur du temps se discipline pour ne pas se laisser abattre. Et des fois pourtant, les temps sont rudes. Lors des régénérations, par exemple. Il s’agit alors de dire adieu à un corps, à des habitudes, à une vision, d’admettre que certaines personnes ne nous reconnaîtront plus, et de plonger dans l’inconnu.

The First Doctor: What’s the matter?

The Doctor: I died a few hours ago and I refused to regenerate. Catches up with you, you know. It’s like a big lunch.

The First Doctor: I did exactly the same.

The Doctor: I know you did, but why? I don’t remember this. Why are you refusing the regeneration?

The First Doctor: Fear. I’m afraid. Very, very afraid. I don’t normally admit that to anyone else.

The Doctor: Don’t worry. Technically, you still haven’t.

Dans cet extrait, le Docteur se rencontre lui même, et ne se reconnait pas. Il se cherche dans le temps, retraçant et revivant dans le même temps ses souvenirs. Il cherche à se persuader lui-même, et dans cet instant suspendu prend un peu de temps pour l’hésitation. Il fait parade devant ses amis, mais face à lui-même il se rend, et admet sa peur.

The Doctor[prior to regeneration] Oh, there it is, silly old universe. The more I save it, the more it needs saving. It’s a treadmill. Yes, yes, I know, they’ll get it all wrong without me. Well, I suppose one more lifetime won’t kill anyone. Well, except me. You wait a moment, Doctor! Let’s get it right. I’ve got a few things to say to you. Basic stuff first: never be cruel, never be cowardly, and never, ever eat pears! Remember, hate is always foolish, and love is always wise. Always try to be nice, but never fail to be kind. Oh, and you mustn’t tell anyone your name. No one would understand it anyway… except… except children. Children can hear it, sometimes, if their hearts are in the right place, and the stars are too, children can hear your name. But nobody else. Nobody else, ever. Laugh hard. Run fast. Be kind. Doctor… I let you go.

La peur de cet inconnu, c’est la peur du changement. Voyager dans le temps ne veut pas dire ne pas ressentir la perdition dans un monde qui va trop vite, ou les étoiles meurent tandis que l’on reste. L’inconnu peut aussi être la venue d’un Docteur qui n’aura plus le courage, ou qui se perdra lui-même. C’est un risque difficile à prendre.

rick and morty GIF

Pour Rick, les réflexions de Morty ou de ses proches sont l’occasion pour lui d’afficher son nihilisme. Ainsi quand Morty parle d’amour, son grand-père lui répond :

Listen, Morty, I hate to break it to you but what people call “love” is just a chemical reaction that compels animals to breed. It hits hard, Morty, then it slowly fades, leaving you stranded in a failing marriage. I did it. Your parents are gonna do it. Break the cycle, Morty. Rise above. Focus on science

La mère de Beth demeure un mystère dans l’histoire. Rick n’avoue jamais vraiment ce qu’il en est, mais sa fille et le fait même qu’il ait pu se marier laisse suggérer un amour menant au mariage. La science ne blesse pas cependant, et ce conseil parait éviter à Morty une douleur que Rick connait. Il place alors la science comme outil permettant d’affronter la dure réalité, mais cela ne l’empêche pas de doubler cela d’une prise constante d’alcool et de drogues. L’expérience Tiny Rick est très significative : tout est bon pour expérimenter afin de ne pas ralentir, un seul instant, et de ne pas rester seul avec la pensée obsédante de la mort. Mais la réalité est là, comme le dit Summer :

« Papy, je pense que quand tu as mis ton esprit dans le cerveau de ce corps jeune il a fait ce que les cerveaux jeunes font. Il a enterré les mauvaises pensées au plus profond et a construit un mur autour d’elles. Mais ces pensées sont le vrai Rick. Le fait que tu sois vieux, le fait qu’on va tous mourir un jour, le fait que l’univers est si grand que rien de ce qui s’y passe ne compte — ces faits sont qui tu es. Alors tu es prisonnier là dedans, et tu ne peux sortir que sous la forme des angoisses adolescentes de Tiny Rick ».

L’intelligence de Rick ne le sauve pas de la douleur. Il devient encore plus conscient du manque de solution au problème sempiternel du sens de la vie. Rien n’a de sens car le temps est infini, l’univers aussi. Rien n’est grand, définitif ou définissable.  Cependant, petit à petit, tout devient logique. Savoir que rien ne compte n’est que le début. La suite c’est de ne pas se servir de cela pour justifier le chaos, et franchir le cap de l’acceptation. Chaque moment devient unique et important, car il ne se place pas dans une suite continue destinée à un but. Tout fait sens en soi, pour un fragile instant perdu. Tout est le sens de la vie.

rick and morty GIF

Ce qui rapproche le Docteur et Rick, c’est cette cellule proche qui les garde sain. Famille pour l’un, famille et amis pour l’autre. Dans un Univers trop vaste, en guerre, rapide et incontrôlable, l’amour parait donner du sens. L’amour est un concept qui permet de se détourner de celui de la mort. Aimer même dans l’imperfection, dans les mauvais souvenirs qui rendent les sentiments réels et tangibles.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :