Publicités

Les prophéties, le destin et les suppositions.

Tout le monde a déjà entendu parler d’Oedipe et sa prophétie, que ce soit grâce à l’ami Freud ou à vos cours de latin de 4e. L’histoire tragique d’un couple royal ayant voulu éviter un destin funeste en abandonnant leur enfant, ce qui finalement précipitera leur perte. Ce qui nous intéresse dans cette histoire, c’est justement la prophétie et le destin, le lien qu’ils entretiennent entre eux.

Une prophétie, par définition, est une vision d’un événement futur, qu’il se réalise ou non. Selon les œuvres et les contextes, elle peut annoncer ce qui va se passer, ou ce qui pourrait se passer, et la nuance est de taille. Dans un cas c’est inéluctable, dans l’autre on peut changer les choses.

La prophétie est bien connu du milieu de la Fantasy, on la retrouve dans de nombreuses œuvres, avec toujours des contextes des histoires différentes. Elle permet, avec le destin et les visions, de donner aux individus un but qui les dépasse, un quelque chose qui les poussera à l’aventure, en leur révélant un pan du futur. Parfois elles sont énigmatiques, et demandent – au lecteur comme au héros – un effort de décryptage, parfois elles sont si limpides que c’en est inquiétant.

Toujours est-il que ces aperçus de l’avenir amènent une question essentielle : Peut-on changer ce futur, ou bien est-il forcément amener à se réaliser, quelles que soient nos actions ? On peut également se demander si, dans le cas où notre destin est tout tracé, toutes nos actions, qu’on les effectue en voulant échapper aux prédictions par exemple, ne vont pas nous mener à ce fameux destin.

                                                       Excuse Me Reaction GIF by Mashable

Je m’explique, prenons le cas d’Arya Stark (dans la série), lorsqu’elle rencontre Melisandre qui lui dit qu’elle fermera des yeux de nombreuses couleurs (j’dirais pas “vert”, vous ne m’aurez pas). A ce moment-là, la jeune demoiselle ne se voit nullement devenir une tueuse de sang-froid, et pourtant, lorsqu’elle apprend la mort de sa famille, elle n’hésite pas, et traverse la mer pour changer de vie. On peut objecter que c’est sa rencontre avec “un homme” qui l’a décidé, mais peut-être aussi simplement est-ce la prédiction de Mélisandre qui a fait son travail dans l’esprit d’Arya. Et si c’est le cas alors, est-ce que la prédiction de la prêtresse prenait en compte sa propre influence, ou non ?

                                        Helena Bonham Carter What GIF

Dans un autre registre, Nogusta, le héros des Guerriers de l’hiver, de Gemmell, possède un médaillon qui lui offre des visions de l’avenir. Ces visions n’ont pas de contexte, c’est à lui de les décrypter, et quoi qu’ils fassent, elles se produiront. Une fois, ayant vue une petite fille mourir écrasée par un chariot alors qu’elle courait vers une auberge, il décide d’intervenir. Connaissant l’auberge, il y va et attend la petite fille. Durant une semaine, il se lie d’amitié avec elle sans que rien ne se passe. Un jour, alors qu’elle allait traverser la route, il la prévient qu’un chariot arrive, et elle l’esquive. Certain d’avoir sauvé l’enfant, il y retourne le lendemain. Ce jour-là, la petite fille voyant son ami encore là, court vers lui pour le saluer, traverse la route et se fait renverser par un chariot. Nogusta, rongé par le remord, ne peut alors s’empêcher de se demander, que se serait-il passé s’il n’avait pas fait la connaissance de la petite fille ? Est-ce lui qui par son intervention a provoqué sa mort ? Il se retrouve finalement condamné à avoir des visions qu’il ne pourra pas empêcher et, résigné, décide de faire son deuil alors que ses proches décèdent un par un.

L’avenir est une donnée capricieuse, qu’il faut toujours manier avec précaution, qu’on soit écrivain ou lecteur. Faut-il y croire ou non ? Quand doit-on l’utiliser et de quelle manière ? Personne n’aime savoir que quoi qu’il fasse il est condamné, et c’est pour cela que le sujet est si souvent utilisé en Fantasy. Ce genre est celui des possibles, où les hommes affrontent les monstres et les Dieux et où un seul chevalier peut tenir des armées en échec sur un pont. Le libre-arbitre prend tout son sens ici parce que l’homme peut dépasser sa condition, aspirer à quelque chose de plus, quelque chose qui le dépasse. En incluant une prophétie dans une oeuvre fantastique, on donne la possibilité au héros de se battre contre son destin, d’échapper à ce qui est gravé dans la pierre pour pouvoir écrire sa propre histoire.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :