Genèse d’un personnage : Cirilla Fiona Elen Riannon, d’Andrzej Sapkowski

Mais tout le monde l’appelle juste Ciri.

I)Plus qu’une femme, un symbole.

Ciri est un personnage complexe, car au-delà d’être un individu, c’est un symbole.  Toute son existence est placée sous ce principe, les événements qui l’entourent, les gens qui la côtoient, chacun voit en elle quelque chose de différent, mais rarement la personne en elle-même.

Sauf Geralt bien sûr, mais c’est parce que lui les prophéties, le destin et toutes ces conneries, il n’y croit pas.

Cirilla est la fille de Pavetta et la petite fille de Calanthe, ce qui fait d’elle l’héritière du trône de Cintra, et ça déjà, c’est pas rien. Mais elle est aussi la descendante de Lara Dorren aep Shiadhal (que tout le monde appelle juste Lara Dorren), qui possèdait un gêne particulier, gêne qu’on a par la suite appelé “le Sang Ancien”. De nombreuses prophéties tournent autour des porteurs de ce gêne, et de manière général cela oscille entre apocalypse, sauvetage du monde ou maître de l’univers, de quoi exciter la convoitise d’à peu près tout ceux qui veulent du pouvoir.

Elle est également liée depuis sa naissance par la destinée à Geralt lorsque celui sauve ses parents, et demande en échange le droit de surprise. Ainsi, que ce soit par son sang ou sa naissance, l’héritière de Cintra est constamment entourée par des forces qui la dépassent et qui tenteront de la contrôler.

II)Le bonheur, c’est pour les faibles.

Privée de ses parents quand elle avait trois ans, la petite se retrouve élevée par sa grand-mère, Calanthe, et passe donc son enfance entre Cintra et ses banquets, et Skellige et ses vikings débonnaires. Geralt, après moult réflexions, décide de tirer un trait sur son cadeau-surprise et en informe Calanthe. Le sorceleur refuse toute information sur Ciri et estime que la destinée, c’est une vaste blague.

Pourtant, lorsque Ciri s’enfuit de son château pour aller se perdre dans la première forêt enchantée venue, c’est bien Geralt qui va la sauver, avant de la rendre sans ménagement à Sac-à-Souris pour qu’il s’en occupe.

Fondamentalement, tout ce à quoi la jeune fille aspire, c’est avoir une famille, et le destin (hahahaha) semble à chaque fois vouloir l’en priver. Ses parents disparaissent dans une tempête, sa grand-mère qui l’avait élevé se jette d’un balcon, les amis qu’elle s’est faite seule se font décapiter un par un sous ses yeux, et lorsque enfin elle pense pouvoir être heureuse avec Geralt et Yennefer, ces derniers manquent de se faire tuer. On pourrait presque finir par croire que tous ceux qui l’approchent risque leur vie, et que s’accrocher à elle ne peut mener qu’à la mort. Un profond désespoir entoure ce personnage, qui dissuade quiconque veut nouer des liens avec elle.

Tout le monde ? Non, car un irréductible sorceleur s’accroche encore et toujours à la demoiselle !

III) Je voudrais un bonhomme de neige papa sorceleur.

Bien qu’ils soient liés par la destinée, Geralt et Ciri n’ont pas de réels liens entre eux. Pourtant, tous deux ont des cheveux cendrés et cela leur donne un vague air de famille. Cela n’est pas plus mal, car lorsque la jeune fille se retrouve seule à errer dans la cambrousse après le siège de sa ville et la mort de sa grand-mère, c’est notre sorceleur préféré qui la retrouve (encore une fois) et s’en occupe. Malgré le fait qu’il n’ai jamais élevé lui-même d’enfant (rappelons que ses parents l’ont abandonné à l’oncle Vésémir, qui était trop occupé à lui administrer des corrections et lui apprendre à se battre), notre bon ami fera de son mieux pour lui dispenser un enseignement digne de ce nom. Au final la jeune princesse passera quelques années à Kaer Morhen où elle apprendra la couture l’art de massacrer des monstres, de manier une épée, et de faire des saltos suspendue au-dessus d’un précipice.  Alors certes ce n’était plus une vie de chateau, mais cette période permis à Ciri de retrouver un semblant de sérénité, auprès de gens bourrus mais fondamentalement bons, et avec une figure paternelle présente et soucieuse de son bien-être.

                     Witcher Ciri GIF

IV)Un malheur n’arrive jamais seul.

Bien évidemment, si vous avez tout lu jusqu’à maintenant, vous savez que Cirilla n’est jamais heureuse bien longtemps. Ainsi, lorsqu’elle part pour Aretuza, le fief des magiciens, une tentative de poutch éclate, opposant Vilgefortz, qui représente l’empire, et Philippa Eilhart, qui représente la Rédanie. Vilgefortz profite d’un banquet pour introduire des elfes au sein de l’île, déclenchant des combats partout. Dans la mêlée, Ciri est prise pour cible par ce dernier, car désormais tout le monde sait qu’elle est en vie, et la valeur qu’elle a. Pour la plupart des gens, elle est l’héritière de Cintra, ce qui, dans la lutte contre l’empire Nilgaardien représente un atout de taille…ou quelqu’un a faire disparaître. Mais Vilgefortz est différent, il connaît les prophéties. Le magicien savait en effet que Ciri possédait le Sang Ancien, et une prophétie stipulait qu’un enfant naîtrait d’un Sang Ancien, et qu’il dominerait le monde. Vilgefortz avait donc pour plan de capturer Ciri pour lui extorquer son placenta (Miam !), ce qui la tuerait au passage, et lui donnerait à lui l’opportunité de créer son propre descendant de Sang Ancien.  La jeune princesse est de nouveau au coeur de conflits d’intérêt, mais pas en tant que personne, uniquement pour ce qu’elle représente.

Obligée de fuir à travers un portail magique, elle échouera en plein milieu d’un désert hostile. S’ensuivra alors une longue période de difficulté, où elle devra lutter contre la sécheresse, la désydratation, des créatures mortelles et plein d’autres trucs chouette, ce qui lui donnera une certaine haine des humains, à cause de qui elle se retrouvait là.

                   The Witcher Running GIF by NETFLIX

Toute l’adolescence de la princesse se passera ainsi : esseulée, elle devra faire des choix qui ne seront pas toujours les bons, côtoyer des gens qui ne seront pas forcément des anges, et c’est cela qui forgera son caractère. Il est dit que le Sang Ancien peut soit amener la destruction, soit sauver le monde, et la princesse oscillera toujours entre les deux bords. L’Humanité semblera toujours lui donner des raisons de la haïr, mais au fond de son coeur demeure l’image d’un papa sorceleur bienveillant, qui n’hésite pas à braver tous les dangers pour la retrouver. Geralt et Ciri mènent chacun leur quête simultanément, elle pour comprendre le monde et la place qu’elle occupe dedans, et lui pour la retrouver, et la protéger de ce monde.

Voici la fin de cette article, je n’ai pas évoqué toutes les parties de sa vie, car certaines sont à traiter individuellement (son séjour chez les Aen Elle, sa vie en tant que Falka, le petit finish dans le château, etc). J’espère néanmoins que cette lecture vous aura permis de comprendre un peu mieux ce personnage complexe qu’est Cirilla Fiona Ellen Riannon, mais que tout le monde appelle Ciri.

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :