Genèse d’un personnage : Dorian Gray

Aujourd’hui on va parler beau gosse maudit et baignant dans la luxure. Ça fait du bien de temps en temps !

Dorian Gray fait partie des mythes dits “modernes”, écrit sous la plume d’Oscar Wilde (le mec qui a dit “le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder”, et c’était justement dans cette oeuvre) en 1890. Son oeuvre, qui met en lumière une certaine vision de la société victorienne teintée de décadentisme a été plutôt mal accueillie à l’époque, et on va voir pourquoi.

I) De quoi ça parle ?

Pour faire court, Dorian Gray est un beau jeune homme, une sorte de symbole de l’hédonisme, raffiné, gentil, honnête, avec un physique attirant. Il côtoie un peintre qui fait un tableau de lui, et, en se voyant, énonce qu’il serait prêt à donner son âme pour ne jamais vieillir, et qu’à la place ce soit ce tableau qui prenne les marques de l’âge. Cette phrase va sans doute réveiller en vous certains souvenirs, ça a effectivement la forme d’un pacte avec le Diable. (Pour les dangers et significations de tels pratiques, je vous renvoie à cet article, ou encore celui-là ou celui-ci). Suite à ce souhait formulé à voix haute, le jeune homme va se rendre compte, après la mort d’une proche, que le portrait subit les marques de ses sentiments, émotions et blessures, alors que lui reste vierge de toute séquelle. D’innocent, Dorian Gray va devenir débauché, se plongeant dans la luxure ou le crime. Peu à peu il va également développer une sorte de paranoïa, et n’osera plus quitter ce reflet distordu qu’est devenu la toile, conscient qu’il s’agît du témoignage de ses exactions, et prenant un plaisir à souiller cette image de lui, alors que son corps demeure le même.

Toutefois, lorsqu’il échappe de peu à la mort et manque d’être découvert pour les crimes qu’il a commis, Dorian Gray décide de faire amende honorable, convaincu que cela changera le portrait. Mais comme il est motivé non pas par l’altruisme mais par l’hypocrisie et l’égoïsme, le tableau le soulignera. Par désespoir, le jeune homme plongera un couteau dans la toile, et mourra ainsi, laissant derrière lui son corps mutilé, rattrapé par son train de vie, tandis que la peinture retrouvera son aspect initial.

II) Quelles étaient les motivations de Wilde ?

Vaste question, on ne peut jamais réellement savoir ce que voulait un auteur lorsqu’il rédige son oeuvre. Cependant on peut se fier aux thématiques affichées pour chercher à comprendre ce que dénonce ou met en exergue Oscar Wilde. Le mythe de Narcisse est ici mis en avant, avec un amour et une fascination tordue pour son propre reflet, à l’instar d’une perverse satisfaction à l’idée de le souiller. Noircir l’innocence, enchaîner les abus et baigner dans la luxure sans en payer les conséquences est une idée séduisante, celle de ne pas avoir à payer de prix pour toutes ses dérives et obtenir donc une certaine liberté. Cette liberté, combinée à l’idée de vie éternelle, n’est pas sans nous rappeler la quête de Voldemort dans Harry Potter ou de Peter Pan dans l’oeuvre éponyme, celle de conserver son apparence et de traverser le temps sans jamais prendre une ride.

Mais à travers ses actions, le jeune homme met aussi en lumière certains travers de sa société.  J’évoquais plus haut le décadentisme, et on retrouve également l’homosexualité en première ligne. Vivement critiquée à sa sortie et jugée répugnante et immorale, l’oeuvre d’Oscar Wilde met sur le devant de la scène certaines pratiques sexuelles dont on ne voulait pas forcément entendre parler à l’époque, comme la bisexualité ou l’homosexualité, sous couvert d’hédonisme.

S’il y a finalement une chose que l’on retrouve d’Oscar Wilde dans Dorian Gray, c’est aussi la question de l’influence sur la construction de la psychologie humaine. En effet, le roman débute et se déroule suite à une suggestion d’un proche du jeune homme, sans qui ce dernier n’aurait pas formulé son vœu. On peut donc dès lors légitimement s’interroger sur ce qu’il se serait passer sans cette suggestion, est-ce que Dorian Gray aurait été Dorian Gray sans sa révélation sur l’éphémérité de la beauté ?

III)Dorian Gray au 21e siècle.

Je parlais plus haut de mythe moderne pour Dorian Gray car, malgré le fait qu’il emprunte à Narcisse sa caractéristique principale, il est surtout en phase avec son temps. De nos jours, on retrouve de plus en plus la figure du jeune dandy dans des films ou séries, La Ligue des gentlemens extraordinaires par exemple le fait intervenir en tant qu’antagoniste intriguant, ou même la série Penny Dreadful qui met en avant ses déviances sexuelles et son goût prononcé pour la luxure. A chaque fois ses caractéristiques sont conservées afin de le rendre facilement reconnaissable, et Dorian Gray devient ainsi un symbole iconique de son temps.

Et chaque réadaptation nous permet à chaque fois une petite introspection. Qui n’a jamais rêvé de ne pas demeurer éternellement afin de pouvoir profiter de la vie ? Mais à quel prix ? Dans la société qui est la notre, ou l’apparence prime par-dessus tout et où le physique n’est jamais le reflet de nos désirs profonds, Dorian Gray n’incarne-t-il pas ouvertement celui que nous sommes tous au fond de nous ?

Recommended Articles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :