Point de discours : Malefoy et la diversité des Serpentard

Dans notre dernier point de discours, disponible ici, nous avions analysé la présentation de Slughorn au lecteur, par son premier dialogue avec Dumbledore et Harry Potter. L’homme, ancien directeur de la maison Serpentard, dévoilait ainsi son passé, ses envies et ses faiblesses, et finissait par céder à Dumbledore, signant son retour en tant que professeur des potions. Aujourd’hui, nous allons aussi parler de Slughorn, mais cette fois en étudiant la vision qu’en ont les élèves de sa maison de cœur. En effet, Malefoy et ses acolytes se fendent d’une discussion extrêmement parlante lors de leur trajet à bord du Poudlard Express.

 

“-Et donc, Zabini,” dit Malefoy, “qu’est-ce que voulait Slughorn ?”

“-Il voulait juste essayer de réunir des gens avec beaucoup de connaissances,” dit Zabini, le regard toujours fixé sur Goyle.

“-Je ne pense pas qu’il ait réussi à en trouver beaucoup.”

Cette information ne parut pas beaucoup plaire à Malefoy. “Qui d’autre était invité ?” Demanda-t-il.

Peu avant cet extrait, le professeur Slughorn invite donc un groupe d’élève à passer du temps en sa compagnie. La sélection est faite de façon empirique, mais le caractère élitiste et puissant de l’invitation attise l’envie de certains, Malefoy le premier. Ce dernier s’évertue donc à trouver les critères de sélection de l’enseignant.

“-McLaggen de Gryffondor,” dit Zabini.

“-Ah ouais, son oncle est quelqu’un de très important au Ministère,” dit Malefoy.

“- un autre appelé Belby, de Serdaigle “

“-Pas lui, c’est un idiot !” dit Pansy. “

“-et Londubat, Potter, et cette Weasley,” termina Zabini.

Malefoy s’assit soudainement, rejetant la main de Pansy.

Au départ, l’hypothèse de Malefoy est celle du pouvoir. Il juge Slughorn semblable à lui et à son père, et depuis la première année Malefoy a multiplié les démonstrations de son jugement biaisé : il juge souvent la valeur d’un homme à son influence et à son pouvoir en général. Slughorn sélectionnerait donc les élèves selon la position sociale de leurs parents. Le premier nom, celui de Mclaggen, confirme cette hypothèse, et conforte Malefoy dans sa perception sélective,  puisque son oncle est important au Ministère. Pansy quant à elle parait juger à l’intelligence, puisqu’elle s’énerve qu’un idiot comme Belby soit lui aussi invité. Le reste des noms ne rassure pas plus Malefoy :

“-Il a invité Londubat ?”

“Et bien, effectivement, comme Londubat était là,” dit Zabini avec indifférence.

“-Qu’est-ce qu’il peut avoir qui peut intéresser Slughorn ?”

Zabini haussa les épaules.

-“Potter, précieux Potter, évidemment, il voulait jeter un coup d’œil à ‘l’élu’,” renifla Malefoy, “mais cette Weasley ! Qu’est-ce qu’elle a de si spécial ?”

Malefoy voit son hypothèse déchirée, puisque le rapport au pouvoir des autres invités est discutable, tout du moins si l’on juge le pouvoir par rapport au Ministère. Nous avions déjà vu dans l’autre point de discours, ici, que Slughorn fuyait les Mangemorts, et semblait réticent à l’idée d’être en contact avec Voldemort. Il confirme déjà l’idée que les Serpentard ne sont pas tous des adeptes du Seigneur des Ténèbres, et pourrait donc juger certains de ses élèves par rapport à cela. Le pouvoir qu’il viserait serait celui de Voldemort, et il privilégierait ceux qui s’y oppose. Il se pourrait donc que les familles en rapport avec le Ministère qu’il apprécie soient des parents d’Aurors ou d’anciens combattants des forces du mal, et les autres élèves auraient des familles résistantes ou survivantes. Les Weasley ainsi ont toujours été du côté de Dumbledore, Harry est le survivant, et Neville est orphelin de deux Aurors.

“-Beaucoup de garçons lui courent après,” dit Pansy, regardant Malefoy du coin de l’oeil pour saisir sa réaction. “Même toi, tu penses qu’elle est jolie, n’est-ce pas Blaise, et nous savons tous à quel point c’est dur de te plaire.”

“-Je ne toucherais pas cette dégoûtante traître à son sang, peu importe ce à quoi elle ressemble,” dit Zabini froidement, et Pansy semblait contente.

Malefoy retomba sur ses genoux et lui permit de recommencer à coiffer ses cheveux.

Après avoir naturellement dénigré Ginny pour sa vie sentimentale et son rapport clément aux sangs mêlés, parce qu’un peu de sexisme et de racisme permettent d’aérer une conversation, je suppose, Malefoy est rassuré. Tout d’abord parce qu’il s’inscrit parfaitement dans le groupe de Serpentard dans lequel il est : si Slughorn est Serpentard mais parait véhiculer d’autres valeurs, il est seul. Entre l’argument de norme (à l’échelle de la maison) et l’argument de généralisation, Malefoy se conforte, ses camarades, sa génération, déteste les sang-de-bourbe pour la plupart. De plus, il a déjà trouvé une parade, qui ne va pas faire long feu, on dit bonjour au biais d’auto complaisance :

“-Et bien, j’ai pitié pour les goûts de Slughorn. Peut-être qu’il devient un peu sénile. Quelle honte, mon père a toujours dit qu’il était un excellent sorcier en son temps. Mon père était l’un de ses favoris. Slughorn n’a sans doute pas appris que j’étais dans le train, sinon -“

“-Je ne parierais pas sur une invitation,” dit Zabini. “Il m’a demandé des nouvelles du père de Nott quand je suis arrivé. Ils étaient de vieux amis, apparemment, mais quand il a entendu qu’il avait été emprisonné suite à l’affaire au Ministère, il n’a pas eu l’air heureux, et Nott n’a pas eu d’invitation, n’est-ce pas ? Je ne pense pas que Slughorn veuille avoir à faire avec les Mangemorts.”

Malefoy eut l’air furieux, mais se força à rire d’un singulier rire, sans humour.

Ici, Malefoy est clairement dans une position d’échec : il pensait être face à une erreur, mais Slughorn parait l’avoir sciemment ignoré. Sa première démarche est pourtant celle de trouver une explication qui ne l’implique pas de façon active. En effet, il cherche d’abord à faire croire que Slughorn à probablement oublié, qu’il ne sait pas. Mais lui s’estime digne de cette invitation, il correspond a des critères qu’il ignore. Cet échec n’est pas de sa faute c’est une erreur. Puis, quand Zabini lui dira que c’est la volonté de Slughorn de ne pas se mettre en relation avec des Mangemorts ou leurs parents, alors Malefoy jugera quand même Slughorn responsable, mais jamais lui-même. Il en vient donc naturellement à dévaluer le professeur, pour finalement s’absoudre de son avis :

“-Bien, qui en a à faire de ceux par qui il est intéressé ? Qu’est-ce qu’il est, après tout ? Juste un autre enseignant stupide.”

Malefoy bailla bruyamment.

“-Je veux dire, je ne serais même plus à Poudlard l’année prochaine, qu’est-ce que ça peut me faire si un vieux et gros has-been m’aime ou non ?”

“-Qu’est-ce que tu veux dire, tu ne seras plus à Poudlard l’année prochaine ?” dit Pansy indignée, cessant soudainement de caresser Malefoy.

“-Et bien, on ne sait jamais,” dit Malefoy avec le fantôme d’un sourire satisfait. “Je pourrais avoir à – euh – bouger pour faire des choses plus importantes.”

Accroupis sur l’emplacement des bagages sous sa cape, Harry sentit son cœur battre plus fort. Qu’est-ce qu’aurait à dire Ron et Hermione à propos de ça ? Crabbe et Goyle regardaient Malefoy curieusement ; apparemment, ils n’avaient pas été mis au courant de plans plus importants. Même Zabini s’était permis de sembler curieux. Pansy revint lentement aux cheveux de Malefoy, paraissant comprendre

Pour que Slughorn perde de sa superbe, il ne suffit pas que Malefoy le déteste : il faut que ce dernier, en chef de la bande, le mette à terre, loin en dessous de lui. Pour cela, Malefoy place Voldemort en ombre au dessus d’eux. Plus proche il se place de lui, plus loin il est des autres. On voit le piège d’ailleurs, ça va dans les deux sens cette histoire. Malefoy n’hésite pas à sous-entendre et à dévoiler mollement une histoire d’apparence secrète, pour renforcer sa position. Il peut aussi juger ainsi de la position de ses proches, et voir ses alliés et ses admirateurs. Il reprend confiance en lui, et devient un lien avec le pouvoir, que Slughorn n’est plus. Malefoy usurpe symboliquement la place de leader de Serpentard, puisque Rogue se tait, et Slughorn ne va pas dans la direction voulu. Tous les Serpentard ne vont donc pas du côté obscur, mais ceux qui y vont le font en faisant le plus grand bruit.

Recommended Articles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :